Russe Chinois simplifié) English Filipino Italien Japonais Coréen Malay Thai vietnamien
information publication La Banque centrale a signalé une chute anormale des importations
Octobre 11 2018

La Banque centrale a signalé une chute anormale des importations

(0 votes)
Évaluer cet élément
La Banque centrale a signalé une chute anormale des importations

La Banque centrale a enregistré une baisse de ses importations au troisième trimestre par rapport à la même période de l’année dernière. Les experts interrogés par Vedomosti constatent que les importations ont également diminué en valeur trimestrielle et qualifient la situation d'anormale
La baisse des importations de biens, rapportée la veille par la Banque centrale, est anormale. Cette conclusion a été tirée par des experts interrogés par le journal Vedomosti. Mardi dernier, le régulateur a annoncé que les importations pour le troisième trimestre étaient tombées à un milliard de 63 USD par rapport à un milliard de 63,8 USD pour la même période de l'année précédente.
Oleg Solntsev du Centre d’analyse macroéconomique et de prévision à court terme (CMASF) note en particulier que les importations sont très sensibles à la saisonnalité et qu’elles commencent généralement à augmenter plus rapidement au second semestre. Cependant, note-t-il, les importations ont diminué en valeur annuelle et par rapport au trimestre précédent, et qualifie cette situation d'anormale.
L'expert a noté qu'une situation similaire, caractérisée par une diminution trimestrielle des importations au troisième trimestre, avait été observée pour la dernière fois en 2014, au plus fort de la crise. Si ce ne sont pas des erreurs statistiques, les marchés "n'acceptent pas" les produits importés, prévient-il.
Natalia Orlova, économiste en chef chez Alfa Bank, est attentive à la situation inhabituelle. Dans un entretien avec cette publication, elle a souligné que, dans le contexte de croissance économique, les importations devraient traditionnellement augmenter. À son avis, la baisse des importations pourrait laisser présager un ralentissement de la demande finale, comme en témoigne la faible dynamique des stocks d’entreprises au deuxième trimestre. Une autre raison, a-t-elle dit, pourrait être une baisse des importations de biens d'investissement en raison de l'achèvement de grands projets de construction, tels que le pont Crimean.
Le troisième interlocuteur de Vedomosti, le directeur du département analytique de Loko-invest, Kirill Tremasov, est du même avis que les experts précédents. Selon lui, historiquement, une baisse des importations était observée en temps de crise, lorsque le rouble se dévaluait et que la demande baissait. C’est donc à partir du quatrième trimestre de 2013 sur le deuxième trimestre de 2016, et avant cela - en 2009, se souvient-il. Pour la première fois dans l'histoire moderne, les importations ont diminué et les exportations ont augmenté rapidement. Ceci est une conséquence de la suppression de la demande intérieure, à la fois en investissement et en consommation, estime l'expert.

RBC

lire 732 temps